Libres comme elles


Lire, c'est vivre! Par exemple, les meilleures recettes de cuisines se transmettent par des livres tout comme l'enseignement religieux. Lire est une belle transmission pour ceux qui cherchent un sens à leur vie, à se vider l'esprit, à apprendre des erreurs des autres ou à vivre leurs émotions. Pour le mois de Novembre, j'ai craqué pour le livre Libres comme Elles d'Audrey Pulvar pour ce mois de Novembre.

Ce qui m'a plu, c'est la diversité des portraits intimes de ces personnages de femmes qui ont fait l'histoire. 21 femmes féministes à leurs façons. Des femmes qui ont appris à vivre dans un monde dirigé par des hommes. On apprend facilement l'histoire de Barbara, de Joséphine Baker, de Marilyn Monroe, d'Angela Davis comme celle de Simone Weil ou Simone de Beauvoir. J'ai mis le livre en exposition sur ma table basse vitrée pour que tout le monde puisse le consulter et sa couverture orangée attire toujours le regard.

La première histoire est celle d'Eunice Kathleen Waymon, née le 21 février 1933, connue sous le nom de Nina Simone. Un enfant prodige capable à 4 ans de vous reproduire sans fausse note et à l'oreille une musique entendue. Une femme incroyable qui a grandi dans les Etats-Unis ségrégationnistes (dans les quartiers et les lieux publics interdits aux Noirs). À presque 11 ans, un jour de récital, elle découvre que ses parents ont été priés de quitter le premier rang pour et d'aller au fond de la salle pour céder leur siège à un couple de Blancs arrivés en retard. La petite Eunice devant son piano annonce qu'elle ne jouera pas une note tant que ses parents ne seront pas revenus à leur place initiale et elle obtient gain de cause. Comme elle dira des années plus tard:
J'ai pris conscience de ce que signifiait être noire dans un pays dirigé par des Blancs et être une femme dans un pays dirigé par les hommes.
Je me sens concernée par cette phrase. Dans un monde, où nous avons toujours besoin de nous identifier et suivre leurs opinions, arrive un jour où on prends conscience de sa différence d'une manière brutale. Un jour, je ferais sûrement un article sur toutes les choses déjà entendues. Mais parlons de ce beau livre, je suis tombée amoureuse du caractère de certaines femmes que je ne connaissais pas du tout. Ce qui me rappelle l'importance d'être féministes dans ce monde. Si les femmes pensaient à s'aider d'abord entre elles, je pense que beaucoup de choses pourraient changer plus facilement. Car en général, c'est par la mère que se transmet l'éducation. Je suis féministe. Et si nous avons le droit de vote aujourd'hui et d'avorter, c'est grâce au féminisme! Avorter est un droit, et je pense que si les hommes avaient la possibilité de porter un enfant, la question de l'avortement serait déjà enterré.
N'hésitez pas à laisser votre opinion! Excellente journée à toutes.

Aucun commentaire

Merci mille fois pour vos commentaires, je vous embrasse.
Lindsay